C'est une étape politique décisive dans leurs relations à laquelle ils impriment une dimension significative. La visite que M. Per Stig Moller, ministre danois des Affaires étrangères, vient d'effectuer au Maroc a été marquée, c'est le moins que l'on puisse dire, par une série d'événements qui confèrent à notre coopération un nouvel enclenchement, une impulsion inédite. Avec son homologue marocain, M. Taïeb Fassi Fihri, il vient de signer un «protocole d'entente pour des consultations politiques régulières», et dans la foulée, comme pour mieux enraciner le rapprochement entre Rabat et Copenhague,

 Le Conseil de l'Europe (CE) a proposé au Maroc le statut de membre observateur de cette organisation afin de pouvoir jouer un rôle "particulier" dans le dialogue entre les deux rives de la Méditerranée, a annoncé lundi à Rabat, un membre de l'Assemblée parlementaire au CE.

"Nous invitons le Maroc à devenir membre observateur du CE de façon à pouvoir établir le dialogue et assurer le rapprochement politique, culturel et économique", a souligné Mme Josette Durrieu, également rapporteur de l'Assemblée pour le renforcement de la coopération avec le Maghreb, dont les propos sont cités lundi par l'agence gouvernementale MAP.


Je parle souvent de « process » dans mes billets décrivant l’installation d’une entreprise au Maroc (Voir le dernier billet intitulé « Process » de recrutement au Maroc). C’est un terme que l’on utilise surtout dans l’industrie ou dans les grosses entreprises. Je pense que c’est un des mots clef pour une réussite pérenne au Maroc. Une amie consultante me disait : « il faut faire fonctionner ton entreprise comme une usine ». Elle n’avait pas tord !


jeudi, 10 janvier 2008 06:10

Sumitomo investit 250 MDH au Maroc

La société Sumitomo Electric Wiring Systems (SEWS), filiale du groupe japonais Sumitomo Electric Industries, compte renforcer sa présence au Maroc par la réalisation d'un programme d'investissement de 250 millions de dirhams (MDH), portant sur la construction d'une usine de production de câbles pour le constructeur automobile «PSA Peugeot-Citroën».

Casablanca Capitale EconomiquePlusieurs responsables ont souligné que les conventions, signées lundi sous la présidence de S.M. le Roi Mohammed VI, sont de nature à faire de la région du Grand Casablanca un pôle économique de dimension mondiale, sur la base d'une vision prospective.
Ainsi, le directeur général de la Caisse de dépôt et de gestion (CDG), Mustapha Bakkoury, a indiqué, à titre d'exemple, que le projet d'aménagement de l'aéroport d'Anfa est à même d'offrir un nouvel espace foncier à la métropole et d'ouvrir la voie à l'édification d'une nouvelle ville répondant aux normes de la modernité.

Le service détaxe sera installé dans les aéroports et les ports du Maroc au mois de janvier prochain. Les passagers peuvent ainsi récupérer 13 % du montant de leurs achats.


À partir du mois de janvier prochain, les MRE et les touristes pourront récupérer la TVA sur leurs achats effectués dans les magasins et autres malls au Maroc.  À l’instar des grandes capitales mondiales, le Royaume aura un service détaxe dans les aéroports et les ports, offrant ainsi aux voyageurs une raison de plus pour faire leurs emplettes dans les centres commerciaux marocains.

L'accord de coopération, signé mercredi 19 décembre à Rabat entre Aziz Akhenouch, ministre de l'Agriculture et de la Pêche maritime, et Habib Halila, représentant du Fonds de l'organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), et relatif au projet régional portant sur le « développement durable de la pêche artisanale méditerranéenne au Maroc et en Tunisie », vient l'étoffer. Initié par la Commission générale des pêches pour la Méditerranée, en continuation du projet Copemed, il est financé à hauteur de 450.000 euros, soit un peu plus de 4,5 millions de dirhams par l'Agence espagnole de coopération internationale.


mercredi, 02 janvier 2008 05:45

Le Maroc: l'Année 2008

L'Année 2008, nous la placerons sous le signe du renouveau continuel. Elle survient alors que notre pays réalise sa marche vers la modernité avec une conviction jamais entamée.
Une marche que les économistes qualifieraient, on n'échappe pas à leur langage, d'exponentielle. Sans sacrifier pour autant à l'optimisme béat qui se nourrit d'illusions, nous dirions que le Maroc connaît aujourd'hui des avancées immenses. Il n'est que de prendre en compte les témoignages des personnalités ou de simples touristes qui s'y rendent, régulièrement ou par intermittences, pour se rendre compte que leur regard frais, dénué de préjugés, neutre en quelque sorte, est d'abord un regard de vérité.


M.Mezouar qui était jeudi soir l'invité de l'émission "Tiyarat" (Courants) diffusée par la 2ème chaîne de télévision nationale "2M", a indiqué que le gouvernement est venu avec une nouvelle approche sur la réforme fiscale afin de créer une dynamique économique et de résoudre les déséquilibres sociaux au Maroc.

Cette nouvelle approche, qui vise à augmenter le pouvoir d'achat des citoyens et à ouvrir des opportunités d'emploi et des initiatives privées pour les jeunes, comporte pour la première fois une vision réformatrice de la fiscalité à moyen terme, a-t-il ajouté.


M.Mezouar qui était jeudi soir l'invité de l'émission "Tiyarat" (Courants) diffusée par la 2ème chaîne de télévision nationale "2M", a indiqué que le gouvernement est venu avec une nouvelle approche sur la réforme fiscale afin de créer une dynamique économique et de résoudre les déséquilibres sociaux au Maroc.

Cette nouvelle approche, qui vise à augmenter le pouvoir d'achat des citoyens et à ouvrir des opportunités d'emploi et des initiatives privées pour les jeunes, comporte pour la première fois une vision réformatrice de la fiscalité à moyen terme, a-t-il ajouté.


Page 2 sur 64