Une importante délégation économique française, composée des présidents des conseils d'orientation et de surveillance (COS) des 27 Caisses d'Epargne régionales, effectuera du 13 au 16 septembre, une visite de travail au Maroc où elle doit prendre part à un séminaire sur le développement économique et l'investissement dans le Royaume.

La région de Laâyoune-Boujdour-Sakia-El Hamra vit pleinement au rythme de la campagne électorale pour les législatives du 7 septembre prochain, qui se déroule sous le signe de la proximité, une démarche considérée comme étant la plus efficace pour aborder les électeurs et les convaincre des programmes des candidats.

La faculté de médecine et de pharmacie de l'université Mohammed V-Souissi de Rabat dispensera, à partir de cette année en accord avec un organisme spécialisé de la commission européenne "Tempus MEDA" et en partenariat avec des universités d'Italie et de France.


Le Ministère de l’Education Nationale de l’Enseignement Supérieur de la Formation des Cadres et de la Recherche Scientifique annonce que les examens de la deuxième année du cycle du baccalauréat pour l’année scolaire 2006-2007 se dérouleront  pour toutes les sections et tous types de candidats  les  7-8-9 juin 2007 pour la session normale et les 5-6-7 juillet 2007 pour la session de rattrapage.

"La dynamique du terrorisme international et ses répercussions sur l'Afrique" est le thème d'une conférence qui a réuni, jeudi à Rabat, un parterre d'experts, à l'initiative du Centre Marocain des Etudes Stratégiques (CMES).
Le festival de la Culture soufie de Fès, qui se poursuit jusqu'au 2 mai sous le thème: "Soufisme et développement humain", répond à une circonstance internationale étant donné que le soufisme a toujours joué un rôle de médiateur dans la résolution des conflits, a estimé M. Faouzi Skalli, président du festival.
samedi, 09 décembre 2006 08:40

SIDA au Maroc : OPALS donne de la voix !

L’Organisation Pan-Africaine de lutte contre le sida (OPALS), a organisé une conférence de presse à Rabat, mercredi 29 novembre à l’occasion de la journée mondiale du sida.OPALS et un réseau d’ONG marocaines ont alors mis en garde contre les proportions alarmantes de la propagation du sida au Maroc, notamment chez les femmes, appelant à l’intensification des efforts de sensibilisation et de prévention.

Nouvelle définition du mariage : Le mari n’est plus chef de famille
Pour les prétendants au mariage, leur futur engagement doit être pour la fondation d’une famille stable sous la direction commune des deux époux. Plus de chef de famille, plus d’autorité de l’un des époux sur l’autre. Les époux s’engagent aussi à vivre dans la pureté et la fidélité (article 4).Les fiançailles : on ne s’y engage pas à la légère.
Avec le Code de la famille, l’engagement responsable ne commence pas à la rédaction de l’acte du mariage, il est exigé dès les fiançailles. Le Code de la famille considère certes les fiançailles comme une promesse de mariage, mais n’a pas ajouté, à l’instar de l’ancienne moudawana, qu’elles ne constituent pas un mariage (article 5 du code de la famille). La raison : les effets des fiançailles entre les parties ont changé du tout au tout. Désormais, on ne se fiance plus à la légère. Il est vrai que le Code garantit le droit unilatéral de rompre les fiançailles, s’agissant d’une période probatoire (article 6 du code de la famille). Toutefois, si la rupture ne donne pas automatiquement droit à une réparation en faveur du fiancé délaissé, celui des deux fiancés, dont le fait cause un préjudice à l’autre, est tenu, à la demande de la victime, de réparer le préjudice causé (article 7 du code de la famille). C’est l’introduction en droit de la famille de la notion de l’abus de droit consacrée en droit civil.