samedi, 23 février 2008 15:17

Retourner vivre et faire carrière au Maroc!

marcainbienvenueRetourner au Maroc après plusieurs années d'expérience en France, voilà une perspective qui en séduit plus d'un. Mais à une condition non négligeable : accepter de réduire son salaire, globalement de moitié ! Un sacrifice que tous ne sont pas prêts à consentir, semble-t-il.  En tous cas, c'est ce qui ressort des entretiens avec les officiels qui martèlent systématiquement : « qu'ils soient nés au Maroc ou en France, les ingénieurs d'origine marocaine sont les bienvenus chez nous », sourit Adil Douiri, le Ministre de l'Artisanat et de l'économie sociale, venu porter la bonne parole de l'offshore en France.

Les travaux du 14-ème congrès de la fondation Al-Al Bayt pour la pensée islamique, initiés autour du concept de l'amour dans le Saint-Coran, se sont ouverts, mardi à la station balnéaire de la mer morte (sud de la capitale jordanienne).
mercredi, 11 octobre 2006 07:27

Fès

Fès ou Fez (فـاس [fās], en arabe, Fes en anglais) est la quatrième plus grande ville du Maroc, après Casablanca, Rabat et Marrakech avec une population de 1,4 millions d'habitants. C'est l'une des quatre « villes impériales » (avec Marrakech, Meknès et Rabat). La vieille ville, un exemple modèle d'une ville orientale, est placée sous la protection de l'UNESCO. Le bleu profond de ses céramiques est un des symboles caractéristiques de Fès. Elle possède la plus grande médina (vieille ville) du monde. Son rayonnement international passé en fait l'une des capitales de la civilisation arabo-musulmane aux côtés de Damas, Bagdad, Courdoue, Grenade, Al Quods...
fes
Selon une légende, le nom de la ville viendrait de la découverte d'une pioche (arabe : فاس [fās], pioche) à l'emplacement des premières fondations.


lundi, 09 janvier 2006 19:42

Vive la litterature rebelle!

 Contrairement aux critiques d’autrefois, conformistes et inféodés au pouvoir, le critique moderne se reconnaît à son caractère contestataire. Il n’aime rien tant que l’artiste insurgé, séditieux, bref : rebelle. L’artiste, de son côté, tient beaucoup à ce qu’on le considère comme un insoumis. Le spectacle de la rébellion dans le domaine des arts et des lettres est propre à impressionner les plus blasés. On voit un grave fonctionnaire, conservateur en chef au Musée du Louvre, Régis Michel, organiser en 2002 une exposition, « La peinture comme crime », où il s’emploie à submerger les œuvres dans des diatribes dénonçant les peintres un peu mous de l’insurrection, ou franchement valets de l’idéologie dominante. On voit Buren, artiste pompidolien, exposer son œuvre au Centre Pompidou, musée national, en l’agrémentant de panneaux féroces expliquant à quel point elle est rejetée par la société.
Pour une meilleure jouissance, par la femme, de cette clause de monogamie, sa banalisation dans la pratique est nécessaire. Aussi, pour lever le tabou qui plane sur les clauses à inclure dans le contrat de mariage, que les familles trouvent “hchouma” d’invoquer, il serait recommandé d’ajouter une disposition au nouveau code de la famille qui fait de l’information des futurs époux de leurs droits et devoirs, au moment de la conclusion du mariage, une obligation des adouls.
Ensuite, la polygamie n’est pas autorisée, par le tribunal :
1- si sa justification objective et exceptionnelle n’est pas établie.
2- si le mari ne dispose pas suffisamment de ressources pour entretenir les deux familles et garantir tous les droits, dont la pension alimentaire, le logement et l’égalité dans tous les aspects de la vie (41 du code de la famille).
Désormais, il ne suffit plus d’avoir les moyens financiers pour avoir l’autorisation de polygamie, il faut avoir une justification objective et exceptionnelle.
Dans l’article 41 du projet, l’autorisation était refusée “si la nécessité n’en est pas prouvée”. Or, il est apparu, lors du débat parlementaire, que la nécessité est une notion qui prête à l’interprétation. Elle est subjective, donc susceptible d’être liée beaucoup plus aux désirs du demandeur de l’autorisation, sans autre considération