mardi, 04 avril 2006 20:27

L’homme de la Hollande

Omar El Bardai est responsable du dossier des Pays-Bas à la Fondation Hassan II. Un dossier qu’il maîtrise parfaitement, puisqu’il a partagé 30 années de sa vie avec les Néerlandais.

Lorsque Omar El Bardai a atterri aux Pays-Bas, sur un coup de tête, dans les années 70, il ne se doutait pas qu’il allait y faire sa vie. Cet originaire de Fès, quitta sa ville natale pour retrouver d’abord les côtes espagnoles. Il s’installa à Torremolinos. Une belle vie commença alors pour lui. « J’étais représentant commercial dans la société Socco Marroqui, à Torremolinos. C’était le bon vieux temps, la vie rêvée pour tout jeune homme marocain». Omar El Bardai a vécu deux ans en Espagne.

L’épilepsie continue d’être considérée comme ayant des causes surnaturelles, tels la possession de l’âme par un démon, ou l’ensorcellement. Alors, on exorcise, on recourt aux herbes et autres potions miraculeuses, mais rarement aux médecins. A Casablanca les exorcistes et autres guérisseurs sont légion, alors que l’hôpital Ibn Rochd n’accueille que les cas désespérés.

DANS les mémoires, l’histoire de la jeune femme épileptique de Skhirat est encore fraîche. Elle est morte, il y a trois semaines, des suites d’un traitement violent reçu d’un soi-disant guérisseur, un fkih de la région. Tandis qu’elle se débattait et se tordait dans tous les sens, sa mère ne sut que faire. Alors, comme d’habitude elle fit appel au fkih du coin. Mais cette fois apparemment, les psalmodies habituelles n’ont pas permis de venir à bout de la crise. C’est alors que le Fkih suggère à la mère d’en venir aux grands moyens.

service_militaire.jpgLa nouveauté pour le service militaire au Maroc pour cette année a trait à l’âge des candidats qui passe de 19 à 20 ans.

Ainsi, l’appel sous les drapeaux concerne toutes les personnes âgées de 20 ans et plus à la date du 1er décembre 2006. Les intéressés doivent justifier d’un niveau d’études équivalent au moins à la fin du second cycle de l’enseignement fondamental. Sont également recensées, les personnes possédant une formation professionnelle ou des titres de spécialités requis pour les besoins des Forces armées royales (FAR).

Il est aussi porté à la connaissance des candidats que les commissions d’examen des demandes de certificats prouvant le soutien familial se tiendront du 19 avril au 19 mai prochain.

 

dimanche, 23 octobre 2005 15:20

La ménopause, source de conflits

 Parmi les deux millions de femmes ménopausées, seulement 2000 suivent un traitement hormonal. Une récente étudepar des gynécologues marocains démontre que cette étape physiologique génère également des problèmes dans le couple.
 Plus qu'une étape physiologique dans la vie des femmes, la ménopause est désormais inscrite parme les causes de conflits conjugaux. C'est ce qui ressort d'une récente étude menée par l'association marocaine pour l'étude de la ménopause(AMEM). "Une enquête a démontré que 33% seulement des femmes ménopausées ont consulté un térapeute pour leur ménopause: 21% un médecin généraliste et 12% un spécialiste. Uniquement 4% des femmes ayant consulté un médecin ont suivi un traitement hormonal durant une moyenne de 4 mois et demi", précise Mahjoub Ghzali, président de l'AMEM. Et d'ajouter:"le retentissement sur l'entourage est notamment sur la vie du couple est de plus en plus reconnu: 51% en 2002 contre seulement 11,8% en 1995".
 Et c'est parceque la ménopause occupe le 1/3de la vie d'une femme qu'elle faut traiter les troubles physiques et psychologiques apparaissent lors de cette phase physiologique. Sueurs et bouffées de chaleur, troubles de l'humeur, sécheresse vaginale et trubles sexuels, ostéoporose...ce sont là quelques perturbations que connait le corps de la femme lors de la ménopause. Cette enquête menée par les médecins de l'AMEM à Casablanca, safi, Oujda, Agadir et à Khouribga a été établie en deux phases. En 1995, elle a concerné 1000 femmes tandis qu'en 2001, elle a été menée auprés de 5000 femmes.
Page 3 sur 3