×

Avertissement

JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 388

vendredi, 26 octobre 2007 08:19

echos culturels marocains de france

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Le Tadelakt, une technique millénaire d'enduit à la chaux" est l'intitulé d'un nouvel ouvrage de Jamal Daddis, paru récemment aux Editions "Sud, Aix-en-Provence".


Dans ce livre de 112 pages, l'auteur retrace l'histoire du Tadelakt, revêtement mural utilisé au Maroc, et présente sa mise en oeuvre (choix des matériaux et des outils), son application en chantier ou sur objet.

Jamal Daddis a pratiqué le Tadelakt sur les chantiers de Marrakech avant de s'installer en France où il a fait le lien entre les deux cultures. Dans l'Hexagone, il a aussi développé une application particulière du Tadelakt sur des objets céramiques et décoratifs qui viennent compléter son enseignement en surface murale.


Une rencontre-débat sur "les cultures souffies" a été animée, récemment à Paris, par l'anthropologue et écrivain marocain Faouzi Skali.

Spécialiste du soufisme, Faouzi Skali est membre du "Groupe des Sages" pour le dialogue des peuples et des cultures dans l'espace euro-méditerranéen et également du Conseil des cent personnalités du forum économique mondial pour l'initiative de dialogue entre l'Occident et le monde musulman.


Le film "Le Grand Voyage" du Marocain Ismaël Ferroukhi a été diffusé récemment par la chaîne de télévision culturelle franco-allemande "ARTE".

Sorti en 2004, ce film traite du conflit entre les générations et des problèmes de communication entre le père immigré et son fils né en France.


L'artiste-peintre marocaine Fatima Binet-Ouakka expose actuellement une dizaine de ses toiles dans un espace parisien.

Diplômée en psychologie et formée dans les arts plastiques, l'artiste, dont le nom revient fréquemment aujourd'hui dans le milieu des arts parisiens, a collectionné les salons et les expositions individuelles et collectives à travers la France ainsi qu'aux quatre coins du monde. Ses toiles ont voyagé en Suisse, Arabie Saoudite, Malaisie, Algérie, Chine, aux Etats-Unis et dans plusieurs autres contrées.

Un rituel de transe avec les Aïssawa de Fès a eu lieu récemment à l'Institut du Monde Arabe (IMA) à Paris, sous la direction de Hadj Saïd Berrada qui a conduit le chant lors du cérémonial de la "hadra".


"Marrakech, culture populaire de la Médina" est le titre d'un livre de l'anthropologue et linguiste marocain Hassan Jouad et de l'auteure-illustratrice plasticienne Elzbieta Sikara, paru dernièrement aux Editions "Rouergue".

Ce carnet de voyage (178 pages) présente le Marrakech populaire de son centre historique, sa médina et donne des informations générales sur la ville, le savoir-vivre des Marrakchis, la vie quotidienne locale, l'art populaire, la vie autour de la place mythique de Jamaâ El Fna, l'importance de la culture orale et l'architecture.


La styliste marocaine Fatna Kooli expose sa nouvelle collection de caftans haute couture à Livry Gargan (banlieue parisienne).

Cette collection se veut le reflet d'un Maroc haut en couleur et est une véritable vitrine du travail de la fine fleur des artisans marocains.

Le duo Driss El Maloumi, joueur du "Oud" marocain, et Ballaké Sissoko, virtuose malien de la "kora", donnera un concert le 29 novembre prochain à Saint-Martin-d'Hères (Est de la France), dans le cadre des 38-èmes "Rugissants".

Ce concert se veut une rencontre pour un voyage entre des mélodies amazighes et rythmes mandingues.
MAP

Lu 2396 fois

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.