Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /home/marocinf/public_html/fr/components/com_k2/models/item.php on line 1198

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /home/marocinf/public_html/fr/components/com_k2/models/item.php on line 763

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /home/marocinf/public_html/fr/components/com_k2/models/item.php on line 1198

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /home/marocinf/public_html/fr/components/com_k2/models/item.php on line 1198

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /home/marocinf/public_html/fr/components/com_k2/models/item.php on line 1198

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /home/marocinf/public_html/fr/components/com_k2/models/item.php on line 1198

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /home/marocinf/public_html/fr/components/com_k2/models/item.php on line 1198
samedi, 18 novembre 2006 08:26

Khniffis: le rêve d'un parc naturel

Écrit par chm / jardin du maroc
Évaluer cet élément
(0 Votes)
Situé au nord de Tarfaya et au sud de Sidi Akhfennir, le site de Khnifiss est un véritable coin de paradis en plein désert. Plusieurs espèces y vivent pour composer une grande diversité biologique.
Des reptiles comme la vipère de l'erg, des rongeurs comme les gerbilles et le mérion de Libye, des arachnides comme les scorpions de couleur jaune, des antilopes comme la gazelle de cuvier, des oiseaux comme le tadorne, ainsi que du bétail élevé par les pasteurs nomades.
Le site représente aussi une station de grande importance pour les oiseaux migrateurs.

D'une longueur de 20 km, la lagune de Khnifiss compte à son tour des polychètes, des crustacés, des mollusques et macrophytes. Elle est inscrite depuis 1980 sur la liste Ramsar (Liste des zones humides d'importance internationale).

Le site dans son intégralité s'étend sur une superficie de 60.000 ha, il est doté d'un grand nombre de vestiges archéologiques dont une tour et 13 autres sites préhistoriques où on peut découvrir entre autres des pierres taillées.


Baie de Khnifiss       20/06/80     Tan Tan     6500ha     28º00'N 012º15'W
Merja Zerga     20/06/80     Kénitra     7000ha     34º50'N 006º20'W
Lac d'Afennourir     20/06/80     Ifrane     250ha     33º15'N 005º15'W
Merja Sidi Boughaba      20/06/80     Kénitra     600ha     34º15'N 006º40'W


La Liste de Ramsar a été établie conformément à l'article 2.1 de la Convention sur les zones humides (Ramsar, Iran, 1971) qui stipule :
Chaque Partie contractante devra désigner les zones humides appropriées de son territoire à inclure dans la Liste des zones humides d'importance internationale, appelée ci-après, «la Liste», et qui est tenue par le Bureau institué en vertu de l'article 8.


Les zones humides qui sont inscrites sur la Liste acquièrent un nouveau statut au niveau national et, aux yeux de la communauté internationale, prennent une importance non seulement pour le pays ou les pays où elles se trouvent mais aussi pour toute l'humanité.


La Convention précise: «Le choix des zones humides à inscrire sur la Liste devrait être fondé sur leur importance internationale au point de vue écologique, botanique, zoologique, limnologique ou hydrologique ». Au fil des années, la Conférence des Parties contractantes a adopté des critères plus spécifiques pour interpréter le texte de la Convention, de même qu'une Fiche descriptive des zones humides Ramsar et un Système de classification des types de zones humides.


La Résolution VII.7, adoptée par la Conférence des Parties en mai 1999, et intitulée Cadre stratégique et lignes directrices pour orienter l'évolution de la Liste des zones humides d'importance internationale contient tout ce qui concerne la Liste de Ramsar.

Le Cadre stratégique repose intégralement sur cette «Vision pour la Liste de Ramsar» :

Élaborer et maintenir un réseau international de zones humides importantes, en raison des fonctions écologiques et hydrologiques qu'elles remplissent, pour la conservation de la diversité biologique mondiale et la pérennité de la vie humaine.

La Convention s'est donnée pour objectif d'inscrire, sur la Liste de Ramsar, le plus grand nombre possible de zones humides qui, dans le monde entier, remplissent les critères d'importance internationale; à court terme, il s'agit d'avoir inscrit au moins 2000 sites avant 2005, soit près du double du nombre actuel. Pour réaliser cet objectif, la Convention invite instamment tous les États qui ne l'auraient pas encore fait à rejoindre ses rangs et à redoubler d'effort pour appliquer, dans chaque pays, l'approche systématique adoptée dans le contexte du Cadre stratégique.

Toutes les données fournies par les Parties sur chaque site Ramsar sont consignées dans la Banque de données Ramsar tenue par Wetlands International sous contrat de la Convention. Actuellement, le Center for international Earth Sciences Information Network (CIESIN) de l'Université de Columbia (États-Unis), prépare un Portail pour les données Ramsar sur les zones humides, une base de données diverse, pluridisciplinaire et multiniveaux, comprenant des données graphiques, spatiales et tabulaires avec accès par moteur de recherche commun.



Lagune de Khnifiss





1. LOCALISATION


1.1-Coordonnées (Lambert) : 28°03'N - 12°15' W
1.2-Références des cartes :  1/50.000 - HASSI MZAYRA-FOUM AGOUTIR  SEBKHALA'CAL
1.3-Province administrative : Laayoune
1.4-Centre administratif proche : Tan-Tan
1.5-District forestier  : Tan-Tan
1.6-Région biogéographique : n°22 - LITTORAL SAHARIEN (Tekna)


2.SUPERFICIE et LIMITES


2.1-Superficie proposée : La réserve initiale proposée par PANOUSE couvrait 60.000 ha, un recentrage sur l'essentiel de la zone humide couvrirait 20.000 ha.
2.2-Limites proposées : limites actuelles de la réserve officielle.
3. STATUT ACTUEL
3.1-Système foncier : Domaine forestier, domaine publique
3.2-Usages : exploitation salifère - pêche - tourisme naturaliste
3.3-Divers :

    * Réserve Naturelle" par décret ministériel n° 582 62 du 3 novembre 1962.Site désigné par le Maroc lors de son adhésion à la Convention de Ramsar (1980).
    * "Réserve biologique permanente" par décret ministériel de juin 1983.

4. BIOCLIMATS et MILIEU PHYSIQUE


4.1-Caractéristiques bioclimatiques : Inframéditerranéen saharien à hiver chaud
4.2-Caractéristiques physiques :

    * La lagune de Khnifiss proprement dite (longue de 20 km, large de quelques centaines de mètres) est un véritable bras de mer s'appuyant à l'Ouest sur des dunes vives sableuses allant jusqu'à la mer, et à l'Est sur une falaise de grès dunaire peu consolidé. Elle se prolonge vers l'intérieur des terres par une immense dépression (Sekha Tazra), ennoyée aux très fortes marées et au fond de laquelle se trouve une exploitation de sel.La guelta El Aouina, voisine de l'embouchure de la lagune et isolée de celle-ci par une série de dunes (qui, m'a-t-on dit récemment viennent d'être percées par une crue de l'Aouedri ?), draine les eaux de l'oued Aouedri et n'est donc alimentée que par les précipitations.Ces deux plans d'eau, proches géographiquement mais d'hydrologies très différentes, sont entourés de portions de biotopes variés : reg, erg, sebkhas, krebs (escarpements de hamadas), sources et puits, falaises vives littorales, plages,...
    * Plusieurs vestiges archéologiques existent sur le site. L'un est une tour dont seul le sommet émerge du sable près de l'embouchure, et tous les autres (au moins 13 connus sur la réserve actuelle) sont des sites préhistoriques sur lesquels abondent silex taillés, fragments d'oeufs d'Autruche gravés et perles de collier en oeufs d'Autruche.

5. QUALITES BIOECOLOGIQUES

5.1- Flore et végétation :

    * Algues macrophytes : 30 espèces recensées, dont Fucus vesiculosus qui est abondant bien qu'atteignant ici sa limite méridionale connue en Atlantique NE).
    * Plantes vasculaires : 72 espèces, dont Zoostera noltii strictement marine (herbier) et des plantes endémiques rares pour la région comme Inula lozanoi, Limonium asperrimum, Limoniastrum weygandiorum ou L. Ifniense.

5.2- Faune et populations animales :

    * Invertébrés marins : 18 Polychètes, 74 Crustacés et 50 Mollusques dont Donax venustusInvertébrés terrestres : 5 Gastéropodes (dont Theba chudeaui retrouvé pour la première fois vivant depuis sa description en 1908), 6 Arachnides, 25 Insectes.Amphibiens et Reptiles : 17 espèces y sont connues, parmi lesquelles 2 sont des endémiques marocains : Tarentola boehmei et Bufo brongersmai (ce dernier atteignant ici sa limite sud de répartition). Plus de la moitié des observations marocaines de Spalerosophis diadema et de Lytothynchus diadema se situent à Khnifiss.Oiseaux : 179 espèces (dont 56 en période de reproduction). Nidification du Goéland railleur et de la Sterne pierregarin (seul site pour les 2 espèces au Maroc); du Cormoran huppé et de la Foulque noire (atteignant toutes 2 leur limite sud de répartition), de l'Outarde oubara, du Grand cormoran et du Tadorne casarca. Zone d'hivernage très importante : plus de 10% de la population mondiale de Goéland d'Audouin y est hébergée, second centre marocain pour le Flamant rose (>1000 individus), quatrième centre pour les Limicoles. (près de 20.000 ind.),....Etape indispensable dans la migration de la majorité des Limicoles paléarctiques (3ème plage marocaine connue, permettant l'hivernage d'une forte population de Bécasseau sanderling).
    * Mammifères : 27 espèces dont 2 des 6 endémiques marocaines (Gerbillus occiduus et Crocidura tarfayaensis). Atlantoxerus getulus, endémique du Maghreb, connaît ici sa limite sud mondiale.

5.3- Ecosystèmes et milieux :


Une si remarquable variété de biotopes différents en milieu désertique induit une grande richesse et une forte diversité de la flore comme de la faune.
Zone humide littorale (lagune, avec sansouire et slikke développées, associée à une guelta temporaire) sertie dans un contexte désertique (erg, reg, sebkha) tout à fait remarquable.


 Haut du page



 
MerjaZerga





1. LOCALISATION


1.1-Coordonnées :  34°51' N - 6°16' W
1.2-Références des cartes : 1/50.000 - MOULAY BOU SALHAM  LALLA MIMOUNA
1.3-Province administrative : Kenitra
1.4-Centre administratif proche : Moulay Bousselham
1.5-District forestier : Lala Mimouna
1.6-Région biogéographique :  n°2 - RHARB


2. SUPERFICIE et LIMITES

2.1-Superficie proposée : approximativement7000 ha
2.2-Limites proposées :

Cette réserve est limitée : "au nord par la route secondaire n° 216 allant de Moulay Bouselham au douar Aïn Lalla Khoja; à l'est par la route n° 2301 allant du douar Aïn Lalla Khoja jusqu'au douar des Ganafda; au sud par la route n° 2301 allant du douar des Ganafda au canal du Nador, puis par la ligne droite joignant le pont sur le canal du Nador à la balise n°1 sur la côte atlantique; à l'ouest par l'océan Atlantique depuis la balise n°1 jusqu'à Moulay Bouselham".


3. STATUT ACTUEL

3.1-Système foncier : Domanial -"Réserve biologique permanente" par arrêté ministériel n° 223-78 du 26 rebia I 1398 (6 mars 1978).
3.2- Usages : pêche - agriculture - pâturage - chasse - tourisme balnéaire et naturaliste.
3.3-Divers : Site désigné par le Maroc lors de son adhésion à la Convention de Ramsar (1980).


4. BIOCLIMATS et MILIEU PHYSIQUE


4.1- Caractéristiques bioclimatiques : Thermoméditerranéen subhumide à hiver tempéré.
4.2- Caractéristiques physiques :Cuvette tectonique, ceinturée de collines peu hautes, isolée de l'océan Atlantique par un cordon dunaire de sables blancs et gris surmontant une assise de grès Soltaniens . Dunes, dans les parties les plus proches de la lagune, cultivées en céréales.

La lagune de Merja Zerga, incluse dans le périmètre de la réserve, est la plus importante sur le littoral atlantique marocain. Forme elliptique (9 km de long, 5 km de large, profondeur moyenne de 1,5 m dans les chenaux et 0,5 m dans la lagune). Superficie d'environ 45 km² dont 30% d'eau libre en moyenne suivant le marnage.

Merja typique à hadras et saregs constituée d'une vaste slikke et couronnée d'un schorre classique de végétation halophile. Communication avec l'océan Atlantique par l'intermédiaire d'une passe étroite et sinueuse, permanente depuis 1953 bien qu'elle ait été obstruée quelques temps à la suite de tempêtes. Régime hydrologique soumis au balancement des marées. Deux arrivées d'eau douce, permanentes (aujourd'hui de très faibles débits) se jettent dans la lagune : l'oued Drader au NE et le canal du Nador au sud (qui draine les merjas côtières situées au sud de la lagune). Apports d'une nappe phréatique. L'ensemble de ces conditions induit de très grandes variations physico-chimiques des eaux et une forte productivité biologique.
Le lit de l'oued Drader divise la cuvette de la lagune en deux parties inégales : la Merja Kahla, petite et au NE, et l'imposante Merja Zerga au sud.
Village (balnéaire) de Moulay Bou Selham (avec camping et hôtels) installé sur la rive droite de l'embouchure du goulet. En outre, 11 autres douars (7 dans le périmètre de la réserve et 4 aux abords immédiats) abritent environ 10000 riverains.


5. QUALITES BIOECOLOGIQUES

5.1- Flore et végétation :

    * Phragmites, Scirpus lacustris et Iris pseudacorus sur les berges de l'oued Drader et du canal du Nador. Végétation halophile des schorres constituée principalement de Salicornia arabica, S. perennis, Juncus acutus, J. subulatus, Scirpus maritimus et Cladium mariscus.Végétation submergée : Zostera noltii, Ruppia cirrhosa, Ulva sp. et Enteromorpha sp.
    * Plusieurs reboisements d'Eucalyptus (exploitations); un bosquet de Peupliers au nord de la Merja.

5.2- Faune et populations animales :

    * Microfaune benthique abondante mais peu diversifiée.Macrofaune benthique limitée, sur substrat rocheux,dans le goulet et le chenal principal (Ostrea, Crassostrea, Pholas,..). Celle de substrat meuble, dominée par Cerastoderma edule, Venerupis semidecussatus (toutes deux exploitées) et Solen marginatus dans les sables marins, et par Scrobicularia plana et Hydrobia ulvae dans les vases thixotropiques.La majeure partie des poissons d'origine marine ne se retrouve qu'au niveau du goulet (Sparidés, Soléidés, Mullus et Torpedo ocellata sont les plus communs). Poissons amphihalins dans les chenaux : Mugilidés, Dicentrarchus labrax, D. punctata mais surtout Anguilla anguilla qui est exploitée.Merja Zerga détient le premier rang marocain pour le transit et l'hivernage des Anatidés et des Limicoles paléarctiques. Héberge en hiver, en moyenne 15 à 30.000 Anatidés (11 espèces, Canard siffleur majoritaire), autant de Foulques, entre 50 et 100.000 Limicoles (19 espèces régulières où dominent Bécasseau variable et Barge à queue noire surtout, mais aussi Pluvier argenté, Grand gravelot, Avocette,... et le rarissime Courlis à bec grêle) et 1000 à 2000 Flamants roses.Parmi les espèces remarquables ou menacées qui se reproduisent sur le site, citons le Vanneau huppé (seule localité marocaine et limite méridionale connue pour l'espèce), le Hibou du Cap (20 à 30 couples, emblème de la réserve), l'Echasse, l'Avocette, la Glaréole à collier et la Sterne naine.Une centaine d'espèces d'oiseaux fréquente le site ce qui en fait un des sites majeurs pour l'avifaune marocaine.
    * Batraciens, Reptiles et Mammifères : faune habituelle des zones littorales du nord du Maroc (Rana ridibunda, Pleurodeles waltl, Pelobates varaldii, Natrix maura, Mus musculus, Gerbillus campestris, Lepus capensis,...dernière observation de Loutre datant de 1983). Au total, 16 espèces d'Amphibiens et Reptiles à l'intérieur du périmètre de la réserve, parmi lesquels 4 endémiques marocains (Pelobates varaldii, Acanthodactylus lineomaculatus, Calcides mionecton, Ch. pseudostriatus) et la rare Cistude d'Europe en voie de disparition sur le littoral marocain.

5.3- Ecosystèmes et milieux :

Zone humide littorale sans nul doute la plus importante du Maroc à biodiversité élevée et remarquable peuplement avifaunistique de valeur internationale.

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /home/marocinf/public_html/fr/components/com_k2/templates/default/item.php on line 248
Lu 11716 fois

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.