vendredi, 23 décembre 2005 19:16

La prière…cette clinique divine

Allah, le Très Haut dit  :  « …car la Salât demeure pour les Croyants une prescription à des temps déterminés ».   (Sourate An-nissa’ « Les femmes », verset 103).
La prière est l’un des cinq piliers de l’Islam qui a recommandé aux Musulmans de l’accomplir. Elle est évoquée dans plusieurs versets du Saint Coran où Allah exalté soit-Il, dit :  «… et accomplis la Salât pour te souvenir de moi ».   (Sourate Ta-Ha, verset 14).
En réalité, la prière est le remède favorable et la guérison divine pour toutes les maladies, qu’elles soient somatiques, organiques, psychologiques ou neurologiques ; elle est prophylactique et empêche le mal.

jeudi, 08 décembre 2005 01:11

Hombres y mujeres podemos entendernos

 Desde muy pequeños, nos han educado para ser distintos. Mas, aunque algunos se empeñan en educar a sus hijos de la misma manera, los niños y las niñas son muy diferentes. Su comportamiento, sus actitudes lo demuestran muy claramente. Desde luego, es normal que una niña pase horas asiendo una muñeca (no hay que olvidarse que algunos ratitos juegan al fùtbol con los vecinos o los hermanos) o interpretando el papel de maestra o ama de casa.Sin embargo, los niños, siempre los encontramos agarrando una pistola, capaces de transformarse en héroes, o con un balon de fùtbol o una pelota soñando con convertirse en Ronaldo o bien en Figo.Comparàndonos, resulta obvio que tenemos actitudes distintas pero aun estamos condenados a vivir juntos siendo compañeros, colegas, pareja, es imposible permanecer de acuerdo, sin desavenirse a veces por cosas triviales.
¿Por qué no intentamos entendernos aunque tengamos ideas distintas?

jeudi, 08 décembre 2005 01:07

Se puede tener confianza en un psicologo

 Muchas personas se sienten muy ml por encontrarse en situciones enmarañadas. Unos tienen problemas y necesitan a alguien de confianza para contàrselo. Otros ni siquiera saben lo que les pasa. Por lo tanto, piensan seriamente en consultar a un psicologo, pero no se atreven a ello porque no se imaginan a si mismos desvelando su vida y sus secretos a un desconocido. Desde luego, es un ser humano igual que nosotros, y aun, muchos estàn aterrorizados por pensar que sus problemas contados al psicologo serian el tema de sus confidencias...
 Es justamente porque nuestro escuchante es desconocido que podemos desembalarle nuestros secretos. El no puede juzgar nuestros comportamientos y no nos prodigarà consejos que nuestros amigos o familiares pueden darnos.

mardi, 06 décembre 2005 14:59

Personne n’est à l’abri

Difficile de rencontrer quelqu’un porteur du virus du Sida et qui accepterait de s’ouvrir, à travers le journal, au lecteurs. Etaler un mal, toujours considéré, de par sa nature comme tabou, ou jugé de manière péjorative, encore par nombreuses personnes comme une maladie de la honte, relève d’un courage qui ferait défaut à beaucoup de saines personnes. Mme X.Z (Nous nous contenterons de ces initiales inodores et incolores pour lui préserver son intimité et son anonymat) a bien voulu dégager une partie du voile qui enveloppe cette maladie, qui n’arrive pas qu’aux autres mais qui n’a en rien entamé ni de son charme ni de son amour de la vie.

Avec dignité, X.Z. commence par raconter, avec une voix enrouée comment elle a affronté « le moment du verdict » des résultats du laboratoire et comment elle a été soutenue par ceux qui continuent à l’aimer comme si de rien n’était.

mardi, 06 décembre 2005 02:07

La réconciliation sur l'oreiller

La vie de couple est parsemée d'accrochages.Un moyen de réconciliation a fait ses preuves: L'oreiller.Il dénoue la tension et permet de répartir sur de nouvelles bases.
Un amour sans engueulade n'existe pas car de même que la vache meuh, le chien aboie et que la caravane passe, le couple se dispute.

Toutes les filles qui rêvent d'un amour sans nuage comme dans "la petite maison dans la prairie" en seront pour leur frais. D'ailleurs, même quand Charles Ingalls se fâche avec Caroline, il s'en va couper du bois. Le bricolage peut être une solution comme une autre mais il y a aussi la cultissime réconciliation sur l'oreiller.

Cela doit dater de la nuit des temps. En fin, chacun doit comprendre le système de l'autre; et régle"Viser la transparence et l'harmonie totale en voulant à tout prix gommer sa part d'agressivité et une utopie totale",dixit Freud.r deux systèmes ne va pas sans anicroche.La réconciliation sur l'oreiller est donc là pour remettre de l'huile dans les rouages.

Une étude fondée sur des entretiens avec plus de 24 000 femmes souligne l'ampleur du phénomène.

La première étude jamais réalisée par l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) sur la violence domestique révèle que la forme la plus courante d'actes de violence dont les femmes sont victimes est celle due à leur partenaire et que ces agressions sont beaucoup plus fréquentes que les agressions ou les viols commis par une connaissance ou par un inconnu.
L'étude fait part des effets énormes que les actes de violence physique et sexuelle commis par le conjoint ou le partenaire ont sur la santé et le bien-être des femmes dans le monde entier et souligne que la violence du fait du partenaire reste un phénomène encore largement caché.

 Freud n'avait pas l'esprit pratique.Au lieu de s'interesser au complexe d'Oedipe,ce malade mental, qui tue son père pour couchr avec sa mère, il aurait dû potasser sur les complexes physiques et leur influence sur les rapports amoureux. Oh combien de nez jugés trop longs, combien de ventres rebondis, de seins raplaplas sont venus à bout des plus belles histoires d'amour!!!
  Les hommes et les femmes complexent tous à propos d'une partie de leur corps. C'est un fait, les femmes ont une propention plus forte que les hommes mais ces derniers complexent aussi désormais. Fini le temps où on pouvait grossir à son aise et perdre ses cheveux par paquets entiers. Les hommes complexent généralement de leur taille, de leurs cheveux et de leur pénis. Les femmes de leur seins et de leur peau. Tous victimes désormais du syndrome beauté parfaite. Le complexe naît de la compraison avec une norme physique établie dans la société, on entend par société les nouveaux penseurs modernes comme les magasines féminins, les films hollywoodiens et le monde de la pub.
A la lecture de l’article 78 du code de la famille qui a donné une nouvelle définition du divorce, on ne peut s’empêcher d’avoir l’impression du déjà vu. Les rédacteurs du code de la famille ont certes, adopté une nouvelle approche, mais dans le fond, l’homme et la femme ne sont pas considérés sur un pied d’égalité face au divorce. Pour la dissolution du mariage, la recherche de l’équilibre prend le pas sur le principe de l’égalité. D’où l’hésitation des rédacteurs du code de la famille entre la pérennité de tous les modes de dissolution du mariage, notamment, la répudiation pour l’homme. Pour la femme, les rédacteurs du code de la famille ont repris, le divorce judiciaire avec ses différents motifs, même ceux qui n’ont jamais été portés devant les tribunaux, comme le divorce pour abandon du lit, le khol’ et le tamlik. Mais le code innove en raison de l’orientation générale de la réforme dont l’objectif est la levée des injustices à l’égard de la femme.
Pour concilier entre pérennité et renouveau, les rédacteurs du code de la famille ont dû reprendre tout le chapitre sur la dissolution du mariage, commençant par la définition du divorce, en passant par des restrictions du droit du mari à la répudiation, l’assouplissement du droit de la femme au divorce, réglementant le khol’ et le tamlik, introduisant enfin d’autres modes de dissolutions de l’union conjugale.
mardi, 01 novembre 2005 02:37

Les rapports des époux avec leurs enfants

Le code de la famille institue de nouveaux rapports entre les père et mère et entre ces derniers et leurs enfants aussi bien pendant le mariage qu’après sa dissolution.
Consécration de la place de la mère pendant le mariage comme après sa dissolution
La première règle importante, qui change les rapports entre les père et mère à propos de leurs enfants, est celle prévue par l’article 51 qui fait de “La concertation en matière de décisions relatives à la gestion des affaires familiales, des enfants et de planning familial” une obligation commune des époux. En application de cette règle, le juge ne donne l’autorisation pour le mariage du mineur qu’après avoir “entendu les deux parents” (article 20 du code de la famille). Cette règle est valable même si les parents sont divorcés.
Pendant le mariage, comme après le divorce, la tutelle légale sur l’enfant appartient au père. Cette prérogative revient à la mère qui peut l’exercer même pendant le mariage en cas d’absence du père ou de son incapacité juridique (article 231 du code de la famille).
Ce nouveau texte suscite cependant des interrogations :
L’épouse tenue de prendre “en charge… avec son époux… la responsabilité de la gestion des affaires du foyer familial et des enfants” (alinéa 3 de l’article 51 du code de la famille), est-elle obligée d’avoir un travail rémunéré pour faire face à ses nouvelles obligations ?
En fait, la nouvelle règle est beaucoup plus une reconnaissance de la prise en charge par l’épouse avec son mari de la responsabilité familiale, que ce soit par son salaire ou par son travail domestique, qu’une obligation à son égard.
Aussi, cette nouvelle règle n’est pas une porte ouverte aux maris qui, sous prétexte de chômage forcé ou provoqué, vont penser qu’ils ont désormais le droit de se décharger sur leurs épouses pour assumer seules les charges de ménage. Cette remarque nous amène à soulever une autre interrogation.
Le mari est-il toujours tenu d’entretenir femme et enfants ?
Les textes du nouveau code de la famille répondent clairement par l’affirmative à cette question (les articles 195 et 197).
Page 60 sur 64