Afficher les éléments par tag : localisations

Il ne faut pas aller bien loin pour se développer dans un pays à bas coûts (offshore). Si les SSII ont longtemps privilégié l'Inde, les entreprises européennes et notamment françaises commencent à se tourner vers le Maroc, développant ainsi l'offshore de proximité ou 'nearshore'.

Après Logica CMG, Capgemini et Atos Origin, c'est donc au tour de Steria de prendre place dans le royaume chérifien. Le groupe français vient d''ouvrir à Casablanca un centre de services informatiques pour servir ses clients européens et locaux.


mardi, 29 janvier 2008 09:25

Le Maroc hors la loi… européenne

L’heure est grave. Le Maroc pourrait perdre un de ses fleurons économique: l’offshoring. La menace vient de la France qui reste l’un des plus gros pourvoyeurs, notamment en centres d’appels délocalisés. Mais ce pays n’est pas seul à brandir cette menace. Il est épaulé par tous les membres de l’UE. Désormais, les délocalisations des entreprises européennes au Maroc (centres d’appels notamment) dépendent de la capacité du Royaume à protéger les données personnelles. Celles-ci concernent toutes les informations relatives au profilage des clients.

Du 24 au 27 octobre, il organisera à Marrakech le 1er Salon international des industries et services aéronautiques, l'Aéroexpo. Plus d'une soixantaine d'exposants, sur la centaine attendue, ont déjà confirmé leur venue, parmi lesquels des mastodontes comme l'américain Boeing, l'européen EADS (maison mère d'Airbus), les françaises Safran, Dassault et Thales (électronique embarquée) ou encore Africair, qui représente en Afrique les firmes américaines Cessna et Bell (constructeurs de petits avions et d'hélicoptères).