×

Avertissement

JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 388

lundi, 17 avril 2006 09:17

Un quatrième SOS village enfants à El Jadida

Écrit par Nadia Ziane
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Les enfants abandonnés ou se trouvant en situation difficile dans la province d'El Jadida, trouveront dans les tout prochains mois, une affection familiale et des conditions de vie meilleures.

A l’instar des autres enfants de leur âge, cent enfants en situation difficile, dont des orphelins et des enfants abandonnés, seront accueillis dans le nouveau centre SOS village, quatrième de ce genre. Ainsi après ceux d'Ait Ourir construit en 1985 à 30 km de Marrakech et qui accueille actuellement 115 enfants, d'Imzouren, bâti en 1989, au Nord du Maroc et de Dar Bouazza qui a vu le jour à Casablanca prenant en charge 95 enfants, c’est le tour de la région d’El Jadida. Soucieuse de sauver des enfants de l’abandon et de la misère, l’Association vient de répondre à une pressante demande soumise particulièrement de la part d'institutions de bienfaisance, dont la capacité d'accueil est limitée. Le nombre des enfants abandonnés est estimé officieusement à 30 000 cas en détresse.

Le village sera installé au centre de la ville d'El Jadida. Il accueillera donc cent enfants. Mais cette capacité augmentera au bout d’une dizaine d’années quand les plus grands rejoindront les foyers de jeunes SOS pour permettre à de nouveaux enfants, plus jeunes, d'occuper leurs places.
En effet, SOS village accompagne les enfants jusqu’à leur majorité en les éduquant et en leur assurant une intégration professionnelle. Aussi les Foyers de jeunes SOS s’inscrivent-ils dans la continuité des Villages. Les adolescents rejoignent les foyers pour y poursuivre leurs études ou leur formation professionnelle. Ils sont encadrés par un éducateur qui les accompagne dans leur scolarité et vers l’autonomie affective. Ils gardent leur attache avec leur famille SOS et reviennent régulièrement au village notamment pendant les fêtes religieuses. Nombreux sont les enfants, anciens résidents des villages SOS au Maroc, qui jouissent d'une pleine intégration dans les milieux professionnel et social.
Telle est la stratégie suivie par cette Association qui œuvre au Maroc depuis plus de vingt ans.
Pour réaliser le quatrième village SOS, une enveloppe de 7,954 millions de dh est nécessaire. Une campagne de collecte de fonds, au profit du projet, vient d'être lancée par l'Association SOS. Favorablement accueillie par des organisations économiques et commerciales, la ville française de Sète, liée à El Jadida par un acte de jumelage, a apporté une première contribution financière.
Aussi 12 logements familiaux, dont le coût est estimé à 516.000 de dh chacun. Entièrement équipée, sur une superficie de 130 mètres carrés chacune, la maison sera composée de quatre chambres, d’un salon, d’une salle à manger, d’une cuisine et d’équipements sanitaires.
Fidèle à sa méthode, déployée avec succès dans les trois autres régions du Maroc, l’Association prévoit pour chaque logement une famille composée d'une mère et de dix enfants. La Maman SOS, tout en assurant affection et sécurité, est en même temps chef de famille. Elle gère son ménage de façon autonome sur le plan économique. Elles sont recrutées localement. Leur formation suivie de stages pratiques et leur salaire sont garantis par SOS village. Ces mères, dont l’âge se situe entre 30 et 40 ans et libres de toute charge familiale, s’engagent à vivre au quotidien auprès des enfants qui leur sont confiés. Ces derniers dont le nombre se situe entre 8 à 10 par maison, sont considérés comme frères et sœurs.
Dans le village, on trouvera aussi un logement de fonction pour le directeur du village, qui jouera le rôle du père pour tous les enfants tout en soutenant chaque mère SOS dans sa tâche. Il veillera aussi au bon fonctionnement du village, à sa gestion et au suivi de l ‘éducation des enfants. Par ailleurs, il est chargé d’organiser des rencontres et des programmes d’activité avec des associations et des organismes de la région, ainsi que des visites et des déplacements pendant les vacances scolaires.
(...) L'Association a pour mission d'offrir un foyer permanent aux enfants privés de soutien et d'affection familiaux, de les assister jusqu'à leur majorité et de les aider à acquérir des compétences professionnelles et à s'intégrer dans leur environnement social.
L'Association accueille principalement les enfants pensionnaires des orphelinats et veille à leur éducation et à leur assurer des soins médicaux et un encadrement pédagogique afin de surmonter les problèmes d'ordre psychologique dont ils souffrent à cause de leur condition d'enfants abandonnés.


Le concept fondateur de l’association

Sur l'initiative de son fondateur Gilbert Cotteau, instituteur dans le nord de la France, reprenant l'idée d'un médecin autrichien, Hermann Gmeiner, l'Association française SOS Villages d'enfants est créée en 1956 pour redonner aux frères et sœurs orphelins de l'après-guerre le bonheur de grandir ensemble dans la chaleur et la sécurité d'une nouvelle vie de famille. Le premier village de France a été établi à Busigny, dans le Nord.
Dès 1960, l'Association française a étendu son action dans le monde, adossée à la Fédération internationale SOS Kinderdorf International (SOS Children's Villages), 1ère ONG mondiale privée d'aide à l'enfance.

Dans le monde, 25 villages d'enfants SOS, soutenus par l'Association française, accueillent plus de 4 900 enfants et viennent en aide à près de 20 000 enfants et leurs familles via les structures annexes.9 nouveaux villages d'enfants SOS sont en projet ou en construction pour accueillir 1075 nouveaux enfants dont 2 villages en France qui permettront à 100 frères et sœurs d'être réunis.
Les premiers enfants des villages d'El Jadida, de Douala et de Raïpur sont attendus fin 2006. Fin 2007, 368 enfants orphelins ou enfants abandonnés retrouveront une vie de famille.

Liberation Press

 

Lu 5094 fois Dernière modification le lundi, 16 janvier 2012 03:02

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.