vendredi, 06 juillet 2007 07:40

Le rôle économique de l'Union du Maghreb Arabe (UMA)

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)

La consécration du rôle économique de l'Union du Maghreb Arabe (UMA) passe forcément par le volet économique du groupement. Les échanges commerciaux présentent la pierre d'assise de ce rôle surtout avec les contraintes de partenariat. L'analyse actualisée de la situation peut nous indiquer les opportunités d'une amélioration future de ces échanges.

  L'analyse vient dans une phase critique pour les pays membres de l'union surtout avec le degré d'avancement des négociations avec les partenaires européens en plus de l'environnement maghrébin actuel. 

Le Maghreb arabe est un espace très important du monde à travers un ensemble d'éléments, capable d'apporter aux pays membres une nouvelle vision de l'extérieur :

•  Un emplacement stratégique proche de l'Europe en plus d'une double face (atlantique et méditerranéenne),

•  Un marché important qui compte environ 100 millions d'habitants en 2010,

•  Des ressources naturelles importantes : de 2,5% à 3% du réserve internationale du pétrole, 4% du réserve internationale de gaz, 50% du réserve internationale de phosphate,

•  Des approches communes entre les pays membres, surtout sur le plan économique.

L'ensemble de ces atouts met les gouvernements des pays devant des défis économiques importants. La réactivité de l'union est un facteur primordial à cause de la réactivité des contraintes elles-mêmes :

•  Le développement de l'union européen (27 pays) et sa conséquence sur la concurrence,

•  La mise en place d'une zone Euro-Méditerranéen de libre échange en 2010,

•  La concurrence féroce de l'industrie asiatique surtout à travers les secteurs de base des pays maghrébins (textile, les sous-traitances…),

•  Le déroulement de la procédure de libération de l'économie (dirigée par l'OMC et l'UE) avec l'entrée de nouveaux secteurs au sein de la convention (l'agriculture, les services, l'investissement…).

Analyse des relations commerciales inter-maghrébines :

La situation actuelle des relations commerciales intermaghrébines se concrète d'un cadre juridique composé de deux conventions entre les pays (Tunisie-Maroc et Tunisie-Libye) et plus de l'appartenance à la zone de libre échange arabe. Le cadre juridique le plus important est l'appartenance de deux pays maghrébins (la Tunisie et le Maroc) à la convention de libre échange arabo-Méditerranéen.

Le niveau des échanges intermaghrébin est de l'ordre de 4% de l'ensemble des échanges des pays membres avec l'extérieur (évalué à 137 milliards de dollars). Ce part est très faible, vu la même grandeur chez les groupements similaires du monde (65 % pour l'UE, 56 % pour l'ensemble des pays nord-américaines et 23 % pour l'ASEAN).

Selon les analyses économiques internationales, les obstacles à la réalisation des objectifs maghrébins sont :

•  Le réseau des conventions déjà en-cours et son achèvement qui nécessite encore plus de temps,

•  La multitude des conventions et la contradiction entre la plupart d'elles,

•  Le besoin en amélioration des conventions liées à la qualité et à la santé végétale et animale (pour l'agriculture),

•  La situation de l'investissement maghrébin surtout pour les secteurs productifs et de service,

•  L'importance des engagements des pays membres avec l'UE et l'impact de ces engagements sur l'opportunité d'améliorer les échanges inter-maghrébines.

Les opportunités d'amélioration des relations commerciales inter-maghrébines :

Malgré tous les obstacles détectés, la volonté des gouvernements maghrébins est orientée vers l'amélioration des relations commerciales à travers :

•  La nécessité de mette en place la zone maghrébine de libre échange,

•  L'amélioration de l'investissement maghrébin à travers des programmes d'encouragement en collaboration avec les organismes professionnels des hommes d'affaires,

•  L'harmonisation des législations économiques et financières des pays membres de l'UMA,

•  La modernisation des services douaniers en faveur de la coopération,

•  La mise en place d'une banque de données communes en faveur des hommes d'affaires pour leur aider à maîtriser les procédures et les méthodes,

•  L'intervention des systèmes bancaires vers l'investissement et l'échange : améliorer le rôle de la banque Maghrébine d'Investissement et de Commerce Extérieur (BMICE).

L'amélioration des relations entre l'UMA et l'UE :

Les relations avec le partenaire européen trouvent un fondement logique à travers le volume de ce partenariat. Il faut signaler, à ce niveau, que l'UE est le premier exportateur , importateur et investisseur pour les pays du grand Maghreb. Cette importance est manifestée surtout à travers les secteurs de base (surtout le secteur agricole).

Les maghrébins sont de plus en plus serrées par les conditions de l'UE et l'OMC surtout :

•  Les négociations avec l'OMC : encouragement des exportations, performer l'attitude envers les marchés internationales,

•  La multitude des conditions et des exigences de l'UE (à caractère obligatoire ou commerciale),

•  La qualité des produits concurrents et l'adoption aux normes européennes.

La solution, selon les professionnels, consiste à l'unification des opinions durant la négociation avec l'UE en plus de mettre en place les mécanismes adéquats d'amélioration de la qualité des produits et des services afin de faire face à la concurrence. 
investir en tunisie

Lu 12390 fois

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.