mardi, 23 juin 2009 05:02

Rejet des requêtes de quotidiens poursuivis par Khadafi Spécial

Écrit par AFP
Évaluer cet élément
(0 Votes)
Les requêtes en annulation de trois quotidiens marocains poursuivis par Mouammar Kadhafi pour diffamation ont été rejetées lundi par un tribunal de Casablanca, a constaté un journaliste de l'AFP.
Après l'annonce du rejet des demandes d'annulation des poursuites, Ali Anouzla, directeur du journal Al Jarida Al Aoula, Mohamed Brini et Mokhtar Labzioui, respectivement directeur et journaliste d'Al Ahdhat Al Maghribia, ainsi que Youssef Meskine, journaliste d'Al Massae, ont réfusé de répondre aux question du juge en signe de protestation.


Quant à Rachid Nini, directeur d'Al Massae, également poursuivi par le dirigeant libyen, il ne s'est pas présenté -comme à l'accoutumée depuis le début du procès- devant le tribunal de première instance de Casablanca.

Les avocats des cinq journalistes avaient demandé la semaine dernière l'annulation des poursuites pour vices de forme.

Les trois journaux arabophones indépendants sont poursuivis dans des dossiers distincts pour avoir "diffamé" Mouammar Kadhafi dans des articles de presse.

Les avocats des journalistes, Mes Abderrafie Jouahri et Mohamed Karam, ont fait savoir qu'ils se retiraient désormais de leur défense.

Selon Me Karam, "la loi nous oblige dans les affaires pénales à nous retirer de la défense lorsqu'un accusé refuse de répondre à la cour".

Les plaintes du bureau de la +Fraternité arabe à Rabat+ (ambassade de Libye) avaient été déposées contre les cinq journalistes après la publication d'articles "dénonçant l'absence de démocratie en Libye et critiquant Mouammar Kadhafi".

Le dirigeant libyen Mouammar Kadhafi réclame aux trois quotidiens marocains des dommages et intérêts de 90 millions de dirhams (environ 8 millions d'euros) pour "atteinte à la dignité d'un chef d'Etat".

"J'ai écrit en février dernier un papier qui évoque en substance l'absence de démocratie dans les pays maghrébins, surtout en Libye. Je maintiens mes propos, c'est une dictature qui dure depuis 40 ans", avait déclaré Ali Anouzla à l'AFP.

Le tribunal rendra son verdict le 29 juin.

Lu 2344 fois

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.