vendredi, 04 septembre 2009 12:52

Le gouvernement marocain a exprimé sa vive indignation de l'attitude libyenne Spécial

Écrit par Abdelwahed Rmiche Pour le Matin
Évaluer cet élément
(0 Votes)
Le gouvernement marocain a exprimé sa vive indignation de l'attitude libyenne lors des festivités commémorant le 40e anniversaire de la Révolution du 1er septembre.
Lors de la réunion hebdomadaire du Conseil de gouvernement, qui s'est tenu hier 3 septembre à Rabat, sous la présidence du Premier ministre,

Abbas El Fassi, l'Exécutif a exigé également «à ce que des explications officielles lui soient fournies par les autorités libyennes sur ce qui s'est réellement passé».
Khalid Naciri, ministre de la Communication et porte-parole officiel du gouvernement, ne mâchait pas ses mots en rappelant la position ferme et intransigeante du Royaume à chaque fois que son intégrité territoriale est mise en question. «Les représentants du Maroc ont décidé de se retirer des festivités du 1e septembre à partir du moment où ils ont remarqué la présence du président de la pseudo-‘'rasd'' parmi les invités.

Le contingent des FAR, qui devait participer à un défilé à cette occasion, a reçu également l'ordre de se retirer. Le Maroc a protesté sur place contre cette attitude inamicale et attentatoire aux sentiments profonds du peuple marocain, ce que les représentants des autres délégations n'ont pas manqué de remarquer », explique Khalid Naciri, qui citait son homologue le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération, Taieb Fassi Fihri. K. Naciri a souligné, en outre, que le gouvernement marocain prenait acte du désengagement des autorités libyennes des garanties qu'elles avaient données, concernant la participation de la ‘'république fantomatique'' aux festivités officielles.

Pourtant, le Maroc tenait à ce que les choses soient claires dès le départ : «Nous savions que la pseudo-‘'rasd'' prendrait part aux travaux du Sommet africain prévu à Tripoli. Nous avons demandé clairement aux autorités libyennes à ce qu'il n'y ait pas d'amalgame entre ce sommet et les festivités du 1er septembre. Et nous avons reçu les garanties nécessaires au plus haut niveau de l'Etat. Mais ces garanties n'ont pas été respectées », regrette le porte-parole officiel du gouvernement.

Le gouvernement marocain tient donc à ce que la Libye fournisse toutes les explications nécessaires par rapport à cet incident déplorable. « Nous attendons toujours la réponse pour comprendre ce qui s'est réellement passé. Il y a eu des bribes d'explications en off, mais nous attendons des explications officielles », affirme M. Naciri. Et de préciser que le gouvernement aura sa position à la lumière des explications qui lui seraient fournies, sachant que le Maroc ne transigera pas quand sa cause nationale est touchée ». Rappelons que la délégation marocaine, présidée par le Premier ministre, Abbas El Fassi et désignée par S.M. le Roi Mohammed VI, sur invitation du guide de la Révolution libyenne, le colonel Mouammar Kadhafi, s'était rendue en Libye pour représenter le Souverain aux festivités commémorant le 40e anniversaire de la Révolution du 1er septembre.
Cette délégation a quitté donc les lieux de la manifestation lorsqu'elle a constaté la présence, parmi les invités, du président de la soi-disant ‘‘rasd''.
Lu 10411 fois

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.