Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /home/marocinf/public_html/fr/components/com_k2/models/item.php on line 1198

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /home/marocinf/public_html/fr/components/com_k2/models/item.php on line 763

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /home/marocinf/public_html/fr/components/com_k2/models/item.php on line 1198

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /home/marocinf/public_html/fr/components/com_k2/models/item.php on line 1198

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /home/marocinf/public_html/fr/components/com_k2/models/item.php on line 1198

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /home/marocinf/public_html/fr/components/com_k2/models/item.php on line 1198

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /home/marocinf/public_html/fr/components/com_k2/models/item.php on line 1198
mercredi, 20 juin 2007 10:37

Cinquième édition du Festival méditerranéen du court métrage de Tanger

Écrit par Brahim Zarkani
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Du 25 au 30 juin 2007, la ville de Tanger abritera la cinquième édition du Festival méditerranéen du court métrage de Tanger; un programme riche en participation de plusieurs pays du bassin méditerranéen pour la compétition officielle avec un panorama dédié au cinéma marocain où le public se fera une idée sur la production au niveau du court métrage de nos réalisateurs.

Un événement qui se veut le flambeau d'un art cinématographique délaissé bien qu'il porte en lui l'avenir du long métrage.


Cette édition se déroule à un contexte de foisonnement au niveau de la production du court métrage au Maroc. Le panorama consacré à cette édition renforce nos propos puisque le public tangérois aura l'occasion de voir 49 films réalisés par des jeunes réalisateurs marocains. Tout en sachant que seulement 3 films marocains ont été sélectionnés pour la compétition officielle. Il s'agit de "Mannequin" de Bousselham Daïf, "Et la vie continue" de Laïla Triki, et "Fin de mois" de Mohamed Mouftakir. Nous avons un homme de théâtre comme Bousselham Daïf, qui s'est converti à l'image mobile, avec un premier film qui n'a pas raté le premier rendez-vous cinématographique.

Ce n'est pas une première puisque Nabyl Lahlou avait un parcours atypique avec une filmographie qui lui a valu l'organisation d'un festival rétrospectif dédié à ces films. Tayeb Seddiki n'a pas fait l'exception puisque "Zeft", son film unique, a marqué une période du cinéma marocain. Mohamed Nadif lui aussi a quitté provisoirement la scène du théâtre pour rejoindre les plateaux du cinéma. On peut citer d'autres exemples où le court métrage est devenu au Maroc un chantier où nos réalisateurs testent leur capacité créatrice à produire des films. La participation marocaine respecte le quota donné aux autres pays participants.

Ce Festival est l'un des moments rares où le court métrage peut s'exprimer librement. Considéré comme un art mineur ou un tremplin vers le long métrage devenu un lieu de confirmation du cinéaste, le court métrage reste une expérience atypique qui nécessite une concentration de tous les moyens d'expression - à savoir le langage cinématographique - dans un laps de temps pour livrer un instant d'émotions. Cela dit, le court métrage ne bénéficie pas des circuits de diffusion.

Reste pour lui des festivals organisés ici et ailleurs. Ce qui ne lui facilite pas la tâche. C'est pour cela que l'initiative du Centre cinématographique marocain est louable dans la mesure où il répond à une demande qui reste insatisfaite. Donnant place à un lieu où les critiques de cinéma, les professionnels de ce métier ainsi qu'un public cinéphile et intéressé de voir les productions méditerranéennes en matière du court métrage. C'est vrai qu'une politique relative à la diffusion du court métrage a favorisé - à une époque très proche- la projection des films du court métrage dans les salles de cinéma avant le long métrage. Cela n'a pas positionné ce genre au centre d'un intérêt commun.

Il est resté comme un plat d'entrée où parfois il n'est pas indispensable de passer par là. C'est très difficile d'appréhender la situation du court métrage par rapport à une consommation de masse. Le court métrage rejoint en quelque sorte le même destin consacré à la nouvelle à laquelle le roman n'a laissé qu'une place symbolique du fait qu'il s'agit d'un genre d'écriture difficile à maîtriser. La différence, c'est que le court métrage est voué à rester orphelin puisque les réalisateurs de cinéma après leur premier long métrage tournent une fois pour toutes leur dos à ce bijou qui se consomme en peu de temps mais qui peut nous marquer à jamais.

L'on doit rendre hommage à Hitchcock, qui malgré ses succès s'est donné joyeusement à la réalisation de plusieurs courts métrages d'une intensité et d'une beauté insoupçonnables. Alors que les romanciers, de temps à autre, succombent au charme de la nouvelle.

Le Festival du court de métrage de Tanger mène un autre travail de fond en marge de la diffusion pour aller vers un autre public que nous avons l'habitude d'occulter. Sous le titre "Cinéma itinérant", le cinéma investira l'enceinte de la prison civile, des associations de bienfaisance ainsi que la place publique. Une ouverture qui portera plus haut ce genre pétri d'une fraîcheur artistique à ne pas manquer.
Liberation


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /home/marocinf/public_html/fr/components/com_k2/templates/default/item.php on line 248
Lu 1738 fois

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.