dimanche, 04 novembre 2007 08:12

tomber de rideau sur le festival des andalousies atlantiques .

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Le festival des Andalousies Atlantiques a pris fin, samedi soir à Essaouira, avec un spectacle d'une sublime beauté animé par le Jimmy Hendrix du violon et maître du Chaâbi, Mohamed Benomar Ziani.


En interprète polyvalent qui navigue entre différents genres dont le "Chgouri" ou le judéo-maghrébin, Benomar Ziani a réussi à émerveiller et à faire baigner le public dans une ambiance festive et fortement rythmée.

La soirée de clôture de cette 4ème édition, dédiée à la mémoire du maestro Abdessadek Chakara, s'est déroulée en présence notamment de M. André Azoulay, conseiller de SM le Roi et président délégué de la Fondation des trois Cultures, la ministre de la culture, Mme Touriya Jabrane Kryatif, et de plusieurs autres personnalités du monde de la politique, de l'art et de la culture.

Le festival a drainé, trois jours durant (1er-3 novembre), des milliers de mélomanes, marocains et étrangers, qui ont été gratifiés par des spectacles inouïs puisant leur originalité dans le patrimoine musical judéo-arabe.

Le duo Thami Harrak et Haim Look ont d'ailleurs donné toute la mesure à l'exquise profondeur et à la richesse de ce patrimoine, et partant à la réussite de cette manifestation à faire redécouvrir au public l'immense patrimoine musical et artistique écrit et tissé en commun, au fil des siècles, par les musiciens et poètes musulmans et juifs.

Longuement applaudi, ce duo a eu de la peine à clore son spectacle puisque à plusieurs reprises il a dû céder aux sollicitations insistantes du public pour une ultime chanson.

La soirée de clôture a été rehaussée par la participation du virtuose des fusions, le pianiste d'origine algérienne Maurice El Medioni, et l'étoile espagnole du flamenco Estrella Morente Carbonell.

Née en 1981 à "Las Gabias" (Grenade), Estrella Morente est fille du maestro Enrique Morente et de la danseuse de flamenco Aurora Carbonell, nièce d'Antonio Carbonell et José Carbonelle, respectivement chanteur de flamenco et guitariste et petite fille du guitariste Montoyita.

A l'âge de 7 ans, Estrella morente a chanté accompagnée de la guitare du maestro Sabicas et à 16 ans elle a débuté devant le monde entier lors du Gala de présentation des Championnats de Ski Alpin à Sierra Nevada (Grenade).

Organisée par la Fondation des Alizés et la Fondation des Trois Cultures avec le soutien du Gouvernement Autonome d'Andalousie, et sous les auspices de la Fondation d'Essaouira pour le Patrimoine, l'Art et la Culture, cette fête de la mémoire retrouvée a pris alternativement les accents du Chaâbi, du Gharnati et de toutes ces musiques andalouses qui ont su faire fi du temps et de toutes les modes.

Les autres formes artistiques et culturelles n'étant pas en reste, le festival a offert une panoplie d'activités dont des expositions, des projections et des rencontres.

D'ailleurs, l'un des moments forts de cette édition était le forum convivial et ouvert sur le patrimoine musical judéo-arabe. Cette rencontre a réuni une brochette de chercheurs et artistes pour débattre, loin de toute nostalgie passéiste, de la contribution des communautés juives à l'épanouissement des musiques dans le monde arabo-musulman, la richesse et la spécificité de ce patrimoine, ainsi que de l'urgence de sa réhabilitation et de sa sauvegarde.

Cette fête musicale, ouverte gratuitement au grand public, conforte la cohérence et la continuité des initiatives qu'Essaouira, ville d'ouverture et de tolérance, s'efforce de développer en faisant de la culture et de la musique en particulier son vecteur de croissance et de renaissance.
MAP

Lu 2103 fois

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.