Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /home/marocinf/public_html/fr/components/com_k2/models/item.php on line 1198

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /home/marocinf/public_html/fr/components/com_k2/models/item.php on line 763

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /home/marocinf/public_html/fr/components/com_k2/models/item.php on line 1198

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /home/marocinf/public_html/fr/components/com_k2/models/item.php on line 1198

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /home/marocinf/public_html/fr/components/com_k2/models/item.php on line 1198

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /home/marocinf/public_html/fr/components/com_k2/models/item.php on line 1198

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /home/marocinf/public_html/fr/components/com_k2/models/item.php on line 1198
mardi, 06 février 2007 05:12

Un appel historique à la fin de l'occupation du Rif

Écrit par Mohammed Ben Mohammed Azerkan
Évaluer cet élément
(1 Vote)
alkhatabiLa guerre des Rifains contre le colonisateur espagnol et la fondation de l'Etat du Rif par Abdel-Krim Al Khattabi continuent de susciter un grand intérêt sur le plan académique par les historiens et les chercheurs.
 La lettre envoyée par Mohamed Azerkane, compagnon d'armes d'Abdel-Krim Al Khattabi et son ministre des Affaires étrangères, en1923 à M. Saavedra, a un grand intérêt historique. Nous la reproduisons, ici, pour contribuer à éclaircir un côté obscur de l'histoire du Maroc.

J'ai reçu votre lettre du 30 Doulkaada (14 juillet 1923) le 7 Doulhidja courant (21 juillet) à 2 heures de l'après-midi. Nous avons été affectés comme s'il s'agissait presque d'un véritable péril, et littéralement déconcertés par le fait que vous continuez l'entretien par une voie non officielle, contrairement à l'usage qui veut que les pourparlers soient poursuivis par l'intermédiaire de la délégation que nous avons désignée et qui représente l'opinion du peuple Rifain, lequel comprend plus d'un million d'âmes, le nombre des combattants dépassant 200.000.
S'il en est ainsi, par suite du désir que vous avez de la paix d'après l'un des passages de votre lettre, nous trouvons nous-mêmes chez nous ce désir plus accentué encore, mais il ne nous est pas possible de sortir de la procédure que l'on pratique dans des cas de cette importance.
A cette occasion, je crois de mon devoir, sous l'inspiration de mes sentiments humanitaires et en ma qualité de délégué des Affaires étrangères de l'Etat du Rif, de vous fournir les précisions suivantes :
1. Le gouvernement Rifain, édifié sur des bases modernes et une constitution civile, se considère comme indépendant au point de vue politique et économique et nourrit l'espoir de vivre libre comme il a vécu pendant des siècles et comme vivent tous les peuples. Il juge qu'il doit avoir, au-dessus de toute puissance, la prééminence des droits de propriété de son sol et estime que la section coloniale espagnole est usurpatrice et non fondée dans sa prétention d'étendre sa protection sur le gouvernement du Rif. Le Rif n'a accepté et n'acceptera point cette protection, et il la repousse. Il s'engage à se gouverner par lui-même, à s'efforcer d'obtenir ses droits légitimes non contestables, à défendre son entière indépendance par tous les moyens naturels, à élever sa protection devant la nation espagnole et ses hommes sages qui, il en a la foi, reconnaissent la prééminence de ses revendications raisonnables et légitimes, avant que le parti colonial espagnol ne se laisse aller à verser le sang de ses fils, pour satisfaire des ambitions personnelles et réclamer des droits imaginaires, tout en servant les intérêts d'autrui.
Si ce parti se jugeait par lui-même, il verrait en son for intérieur qu'il est dans l'erreur. A bref délai, il verra qu'il a causé la perte de son pays par son immixtion dans la colonisation, la colonisation ne servant pas son intérêt propre.
Son devoir est de remédier à la situation avant qu'il ne soit trop tard.
En outre, le gouvernement Rifain proteste, à la face du monde civilisé et de l'humanité, contre tout acte hostile émanant du parti colonial espagnol et dégage sa responsabilité de toutes pertes éventuelle d'existences et de biens.
Nous nous étonnons comment vous pouvez feindre d'ignorer qu'il est de l'intérêt de l'Espagne elle-même de conclure la paix avec lui, de reconnaître ses droits et son indépendance, de respecter les liens du voisinage et de cimenter l'union avec le peuple rifain, au lieu d'empiéter sur lui, de l'humilier et d'attenter à ses droits humains et légitimes, et cela conformément an code de la civilisation et en accord avec le Traité de Versailles qui a clôturé la guerre mondiale. Des leçons de cette guerre, l'homme a retenu les conséquences de l'empiètement, de la violence et de la cruauté, et le Monde a compris qu'il ne fallait dédaigner l'homme qu'au point de vue rationnel et naturel, que chaque nation devait être laissée libre de diriger ses destinées et que la tyrannie et la force ne comptaient pas devant le droit. Ce Traité, rédigé par les Chefs des grands Etats qui ont été engagés dans les flots de la guerre et ont goûté à la coupe de ce fléau, n'a pu en dernier lieu que reconnaître la vérité et octroyer aux peuples leurs droits, même les moindres.
En dépit des politiciens qui proclament que les traités ne sont que de l'encre sur du papier et que le droit appartient au sabre, il faut en réalité de la conciliation pour réaliser son objectif, sinon l'univers ne cesserait de vivre dans le trouble, l'inquiétude et l'agitation menaçante pour la paix universelle. Aussi bien, chaque peuple défend ses droits et réclame sa liberté. Il n'y aura pas de honte pour l'Espagne à vivre en parfaite harmonie avec le Rif, après avoir reconnu son gouvernement et son Indépendance et participé à l'échange des intérêts communs. Il en résulterait au contraire pour elle gloire et honneur et une belle page à l'actif de son Histoire. De notre côté, le gouvernement Rifain est prêt à accueillir, avec la plus grande joie, la modification de l'attitude hostile du parti ; il espère de tous ses voeux la dissipation du malentendu dont la source est dans la déviation de l'esprit de justice, le fanatisme blâmable, le manque de perspicacité, l'impatience et l'irréflexion sur les conséquences des faits commis sous l'empire de mauvaises impulsions.
Le gouvernement Rifain sera plein de regrets si le parti colonial persiste dans l'empiétement, l'orgueil et l'arbitraire. Imaginez que vous soyez attaqués dans vos maisons par un étranger qui veuille vous dominer et se rendre maître de vos personnes : Vous soumettrez-vous  à cet usurpateur, quels que soient les droits et les prétentions qu'il invoque ? Je crois au contraire que vous les combattrez de toutes vos forces, fut-ce avec vos femmes, et que vous ne consentiriez pas de tomber en esclavage. L'histoire l'atteste pour vous-mêmes.
Pensez-en autant du Rif ; tous les hommes sont fortement convaincus qu'ils mourront pour la défense du Droit et d'une dignité qui surpasse toute dignité, et ils ne reviendront pas de cette conviction jusqu'à ce que le parti colonial espagnol ait renoncé à la malignité de ses projets ou qu'ils soient morts jusqu'au dernier.

2 € Je ne puis que proclamer définitivement que le Rif ne renoncera à son attitude suivie par la délégation, c'est-à-dire qu'il n'ouvrira les pourparlers de paix que sur la base de la reconnaissance de l'indépendance Rifaine par l'Espagne.

3. Les opérations militaires que nous avons entreprises sur le rivage du Nkour (Alhucemas) et dont nous vous avions prévenus, ne procèdent pas d'une mauvaise intention ; elles ont été conventionnelles et nous vous en avons avisé suivant les règles de l'armistice ayant existé entre les deux parties.
A.E.F. Maroc

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /home/marocinf/public_html/fr/components/com_k2/templates/default/item.php on line 248
Lu 4923 fois

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.