Afficher les éléments par tag : enseignements

lundi, 10 septembre 2007 12:55

Communiqué du Bureau Politique du PPS

..Le Bureau Politique du PPS a tenu sous la présidence du Secrétaire Général Ismail ALAOUI le dimanche 9 septembre 2007 une réunion exclusivement consacrée à l’examen et à  l’analyse de la question des élections législatives du vendredi 7 septembre visant à élire une nouvelle Chambre des Représentants dont serait  issue une nouvelle majorité.
Une conférence internationale sur l'Electrification rurale, qui aura pour thème "Electrification et développement", se tiendra, du 23 au 25 janvier prochain à Marrakech, à l'initiative de l'Office national de l'électricité (ONE).

La Commanderie des croyants (Imarat Al-Mouminine) tire sa légitimité des choix religieux de la Nation, qui a accepté de faire de l'Islam la religion de l'Etat depuis sa naissance, statut qui se trouve encore davantage consolidé par le fait que la Dynastie Alaouite est de lignée chérifienne, sachant que Amir Al-Mouminine est descendant du prophète Sidna Mohammed, paix et salut sur Lui.

La constitution, à laquelle les Marocains ont adhéré par une série de référendums, stipule que le Maroc est une Monarchie constitutionnelle, démocratique et sociale et que le Roi, Amir Al-Mouminine, est garant de la pérennité et de la continuité de l'Etat et protecteur des droits et des libertés des citoyens, des groupes sociaux et collectivités. Il est garant de l'indépendance de la Nation et de l'intégrité territoriale du Royaume dans ses frontières authentiques.

dimanche, 02 octobre 2005 12:46

Rapport entre les hommes et les femmes en islam

Dans l'islam, le rapport entre les hommes et les femmes est défini par la qawâma, versets révélés à Médine. Son rôle s’est ensuite étendu à tous les domaines de la vie active, non seulement familiale, mais également sociale et politique. Il est question d’un pacte inviolable établi entre l’homme et la femme.


Description

Droits et devoirs

C’est dans ces versets que le Coran définit les droits et les devoirs des femmes et des hommes : « Elle ont des droits équivalents aux devoirs qu’elle doivent rendre à l’amiable, et aux hommes un degré d’avantage et Dieu est puissant et sage ».

On trouve l’explication de ce fameux degré réservé aux hommes dans l’ensemble des questions rattachées à la famille, les parts successorales et les droits et devoirs du couple.

Il ne s'agit pas d'accorder de privilège et la qawâma repose en théorie sur un principe égalitaire. Les versets concernés parlent en effet d’une distribution équitable entre l’homme et la femme selon leur contribution (pas seulement au sens matériel du terme).

  • « Ne convoitez pas les faveurs dont Dieu a gratifié certains d’entre vous de préférence aux autres. Une part de ce que les hommes auront acquis par leurs œuvres leur reviendra. Une part de ce que les femmes auront acquis par leurs œuvres leur reviendra. Demandez à Dieu qu’il vous accorde sa grâce. Dieu connaît toute chose. Nous avons désigné pour tous des héritiers légaux : les pères et mères, les proches et ceux auxquels vous êtes liés par un pacte. Donnez-leur la part qui doit leur revenir. Dieu est témoin de toute chose.
  Les hommes ont un surplus de responsabilité ([qawwâmûna]) en vertu des préférences des uns par rapport aux autres et du fait des dépenses qu’ils font de leurs biens. » (Les femmes, 32-34).


Il est donc permis de penser que la qawâma est accordée à l’homme seulement en fonction des moyens qu’il possède, de sa capacité tant physique que matérielle. Ce qui veut dire que si cette capacité appartient dans un couple à la femme, elle est tenue d’exercer cette fameuse qawâma. Donc, il n’y a aucune exclusivité masculine à ce sujet.