M. Fouad Ali El Himma, candidat tête de liste sans appartenance politique élu à la circonscription de Rehamna, a souligné que les Marocains ont voté, lors du scrutin du 7 septembre, pour des partis qui "ont travaillé auprès de SM le Roi sur un projet dont les contours sont clairs".


ItalieL'ambassadeur d'Italie au Maroc, M. Umberto Lucchesi Palli, a inauguré, vendredi à Rabat, le Centre d'assistance opérationnelle pour les visas et les légalisations (CIAO).
mercredi, 11 octobre 2006 07:27

Fès

Fès ou Fez (فـاس [fās], en arabe, Fes en anglais) est la quatrième plus grande ville du Maroc, après Casablanca, Rabat et Marrakech avec une population de 1,4 millions d'habitants. C'est l'une des quatre « villes impériales » (avec Marrakech, Meknès et Rabat). La vieille ville, un exemple modèle d'une ville orientale, est placée sous la protection de l'UNESCO. Le bleu profond de ses céramiques est un des symboles caractéristiques de Fès. Elle possède la plus grande médina (vieille ville) du monde. Son rayonnement international passé en fait l'une des capitales de la civilisation arabo-musulmane aux côtés de Damas, Bagdad, Courdoue, Grenade, Al Quods...
fes
Selon une légende, le nom de la ville viendrait de la découverte d'une pioche (arabe : فاس [fās], pioche) à l'emplacement des premières fondations.


dimanche, 12 février 2006 19:01

Le nouveau langage des jeunes marocains

 Cela vous est sans doute arrivé d’entendre de la part de vos proches des phrases semblables à celles-ci : "c’est quoi ce langage ?" Ou alors : " que veux dire ce mot ?" ou même : "ah vous les jeunes vous avez un nouveau langage qui vous appartient." En effet, chez la catégorie des jeunes au Maroc on retrouve de plus en plus de nouveaux mots. D’où viennent ces mots ? A quoi ceci est-il dû ? Est ce au développement ? Au changement peut être ?

(en voilà un exemple:"Stoune" veut dire un plan si je ne me trompe pas ;" Kawass aliya" (9wass 3liya) qui veut dire : être touché par le mauvais oeil...Et la liste est très longue).

mardi, 27 décembre 2005 14:14

Casa, La Blanche

casablanca_arrif11.jpgCette place est d’un calme surprenant, «suspect», lieu des retrouvailles programmées et des abandons amoureux vite relayés par un dragueur à l’affût.
Ici, les couples se retrouvent à l’ombre d’un palmier bienveillant dans une chorégraphie des corps subtile jouant de la discrétion des attouchements furtifs, des corps à fleur de peau; un pas en avant, un pas en arrière; proximité ponctuée de distance nécessaire à la moralité de la rencontre en public.
Des filles au foulard noir cernant le contour de leurs visages, voilant des cheveux arrangés dans un salon de coiffure pour dames, mais soulignant le dessin des yeux en amande, des sourcils noir-khol et des lèvres au rouge chargé de la promesse d’un baiser.