L'intégration du Maroc dans le programme Millenium Challenge Account (MCA) est une reconnaissance largement méritée par le Royaume, qui a réalisé des progrès indéniables dans les domaines politique et socio-économique, a souligné Mme Muneera Salem Murdock, Directeur Général du MCA au Maroc.


dimanche, 11 novembre 2007 12:40

brèves régionales .

L'Association SOS-Diabète a édité pour la première fois au Maroc un document de petit format baptisé "passeport" qui sera remis gratuitement le 14 novembre à Rabat aux diabétiques, à l'occasion de la célébration de la journée mondiale du diabète.


Paris, 25 mai -(MAP)- La 4-ème édition du salon de l'immobilier marocain "SMAP Immo" qui s'ouvre, vendredi après-midi à Paris, en présence du ministre délégué chargé de l'Habitat et de l'Urbanisme, Toufiq Hjira et de l'ambassadeur du Maroc en France, Fathallah Sijilmassi a retenu cette année la ville de Rabat et sa région comme invitée d'honneur.

La chirurgie prothétique (mise de prothèse) des articulations, et particulièrement celle assistée par ordinateur, est actuellement "bien maîtrisée au Maroc", a affirmé le président de la société marocaine de traumatologie orthopédie (SMACOT), le dr Abderrahman Bensaid.

lundi, 09 janvier 2006 19:42

Vive la litterature rebelle!

 Contrairement aux critiques d’autrefois, conformistes et inféodés au pouvoir, le critique moderne se reconnaît à son caractère contestataire. Il n’aime rien tant que l’artiste insurgé, séditieux, bref : rebelle. L’artiste, de son côté, tient beaucoup à ce qu’on le considère comme un insoumis. Le spectacle de la rébellion dans le domaine des arts et des lettres est propre à impressionner les plus blasés. On voit un grave fonctionnaire, conservateur en chef au Musée du Louvre, Régis Michel, organiser en 2002 une exposition, « La peinture comme crime », où il s’emploie à submerger les œuvres dans des diatribes dénonçant les peintres un peu mous de l’insurrection, ou franchement valets de l’idéologie dominante. On voit Buren, artiste pompidolien, exposer son œuvre au Centre Pompidou, musée national, en l’agrémentant de panneaux féroces expliquant à quel point elle est rejetée par la société.